Night mode

Review Winwing F/A18 HOTAS

L’arrivée d’un nouveau fabricant de périphériques de simulation de vol reste un événement, surtout quand ce dernier débarque avec un produit ambitieux mais également le HOTAS « grand public » le plus cher de l’histoire. A t’on affaire à un nouveau roi, un prétendant ou un égaré ? C’est ce que nous allons voir dans les lignes qui suivent.

Ce HOTAS basé sur les commandes de vols du F/A-18 commence à faire parler de lui il y a 8 mois, par le biais de petites vidéos et post du fabricant sur les forums. Winwing n’est pourtant pas une société nouvelle, elle existe depuis 2013. Elle est avant tout spécialisée dans la conception et la commercialisation d’équipements de simulation de vol destinés à l’aviation légère (cabines, instruments…). L’entreprise dispose de ses propres outils de production (au moins pour le prototypage) et d’un réel savoir faire software et électronique. La société est basée en Chine, a Chengdu, ville dont l’économie est essentiellement axée sur l’aéronautique et les hautes technologies. On peut parler du Toulouse Chinois à la différence prêt qu’il y a 18 fois plus d’habitants  (plus de 9 millions pour la ville). Le développement du HOTAS WinWing a commencé début 2018.

Conception modulaire

Ce HOTAS est en réalité un ensemble d’éléments indépendants, composé de :

  • Une poignée reproduisant celle du F/A-18 avec quelques modifications pour offrir plus de capacités
  • Une base Joystick
  • Une rallonge Joystick ajustable en longueur
  • Un module optionnel axe Z (rotation palonnier) se montant éventuellement sur le Joystick
  • Un plateau « boutonnique » se fixant a la throttle, reproduisant nombre d’interrupteurs et rotary des consoles du F/A-18.
  • Un mécanisme de Throttle 2 axes
  • Des poignées manette des gaz reproduction de F/A-18 avec la aussi quelques ajouts pour enrichir le nombre de contrôles.2 systèmes de support afin de fixer les ensembles
  • Une (solide) table pour supporter les 14/15 kg de l’ensemble ;o) .

Le tout nécessitera 3 ports USB pour fonctionner.

 

Un HOTAS conçu pour être flexible

Il est possible de changer la poignée pilote (seul celle du F/A-18 est disponible pour le moment, celle du F-16 est en cours de développement).
Il sera également possible de changer les poignées de la manette des gaz ( celle du F-16 a été évoquée mais le mécanisme de détente actuel n’est pas compatible avec une solution réaliste).
De plus un ou plusieurs nouveaux panels complémentaires seraient en développement.

Déballage

Livré dans un carton de 16 kg, les éléments sont parfaitement emballés et protégés par des blocs de mousse plastique. L’ensemble nécessitera un temps de montage et réglage conséquent, ne comptez pas jouer 5 minutes après le déballage. Il y a plus d’une quinzaine d’éléments à assembler/visser pour l’ensemble joystick et autant pour la manette des gaz. Comptez plutôt 1 heure voir plus, pour les moins adroits.
Le fabricant fournit quelques clefs six pans (allen) mais il vous faudra une clef de 13, voir une pince pour certains serrages.

Une question de taille

Ce qui impressionne des l’ouverture du carton, c’est la taille des éléments. Le panel throttle offre une surface conséquente, large comme une feuille A4, il est également plus long !
Pour comparaison, le panel de la throttle Warthog fait 25×15.3cm, celui de Winwing en fait 42×21 cm soit plus du double de surface. La différence ne s’arrête pas la, la base de la throttle fait pas loin de 24cm de profondeur (impossible de l’utiliser posée sur une table, on comprend mieux pourquoi le fabricant livre un jeu de fixation au plateau du bureau).
Le haut des poignées de la throttle atteint les 18cm au dessus du panel, du jamais vu pour un produit grand public industrialisé. Ce paramètre, couplé a un long rayon de bras offre aux throttles une course similaire à la vraie machine, vous profitez donc d’environ 24 cm de course pour contrôler le régime moteur, gage d’une maîtrise tout en précision.
La taille et le look de cet engin ne passent pas inaperçus. Méfiez vous, si vous volez dans le salon familial, peu de chance qu’il s’intègre la décoration ! Attention aux foudres de la tour de contrôle !
L’ensemble joystick est lui bien plus compact, la base est légèrement plus grosse que les produits concurrents. Son débattement conséquent impose un dispositif de fixation au bureau assez profond.

Maintenant que les présentations sont faites, il est temps de rentrer dans le vif du sujet.
Le Fabricant revendique un ensemble haut de gamme, particulièrement complet il es temps de voir si les promesses sont tenues !!

Mais qu’est ce qu’un HOTAS haut de gamme ?

Après tout, avec un joystick quelconque, il est déjà possible de profiter des simulateurs du marché.
Un joystick haut de gamme se doit d’offrir une prestation supérieure sur au moins un, voir tous les points suivants :

  • Confort
  • Fonctionnalités Hardware et Software
  • Précision
  • Facilité d’utilisation
  • Durée de vie
  • Matériaux/finition/qualité

Sur le papier

Pour chacun de ces points, le HOTAS Winwing a de solides arguments.
Point de vue confort, c’est un exercice imposé car il reproduit plus ou moins fidèlement les équipements du F/A-18.
Coté fonctionnalités, on a affaire a un produit des plus complets, que ce soit en nombre d’axes ou de boutons.
Pour la précision, rien à redire à l’usage c’est très précis.
Concernant la facilité d’utilisation, il  est  plug-and-play avec toutefois un logiciel simple mais pas encore finalisé (d’émulation clavier, retouche d’axe etc…).
Pour la durée de vie, il est difficile de se prononcer, c’est un peu trop tôt, mais sauf défaut de conception ou vice caché, on a affaire a un produit qui devrait être utilisable plusieurs années.
Enfin, pour les matériaux, on est en présence d’un ensemble privilégiant le métal, l’aluminium et la visserie, sans pour autant tomber dans le look « mécano » et autre collection de vis.

En pratique

Tous ces critères sont la promesse d’un produit haut de gamme alors qu’en est t’il dans les faits ?

Autant dire que le produit que nous avons reçu a été une déception, cela fait mal mais c’est le ressenti partagé par 3 testeurs c6 qui l’ont eu entre leurs mains.
Nous nous attendions à un HOTAS parfait ou quasi parfait, le chaînon manquant du haut de gamme, la nouvelle référence et bien nous avons très vite été calmés.
En effet, le produit entre nos mains est bien plus proche d’un modèle de mise au point, de pré série que d’un produit livrable ou destiné à une évaluation presse.
Il semble que nous n’avons pas été seuls à être désagréablement surpris, car les différents Youtubeurs sélectionnés pour « promouvoir » le produit ont rapidement basculé en mode « roi du silence » tant certains défauts sont tout simplement « surprenants » voir inacceptables.

Aparté 
Devant les nombreuses remontées, et les inquiétudes des youtubeurs, Winwing a changé sa communication en annonçant qu’ils avaient envoyé des exemplaires de pré-série aux Youtubeurs et qu’ils en attendaient des retours avant de corriger les versions finales.
C’est faux, en tout cas cela ne nous a jamais été dit clairement, dès le début.
Malgré tout WinWing a bloqué les envois des pré commandes et a décidé d’apporter des correctifs avant de relancer les livraisons, ce qui démontre leur volonté d’envoyer un produit de qualité aux clients finaux.
Winwing a publié un lot de correctifs (traduction ici) qui devraient être appliqués avant livraison finale, nous mettrons à jour ce test dès que nous recevrons un exemplaire « corrigé ».
C’est une sage décision qui aurait pu être anticipée par une vraie phase de beta test utilisateurs en amont.
En effet ce n’est pas le boulot des youtubeurs de beta tester des produit pendant une review, il ne nous a jamais été demandé de faire de review de version pré-série, c’est la première fois en plus de vingt ans d’existence que cela arrive.
Ce test est la retranscription la plus honnête possible, basée sur l’exemplaire que nous avons eu entre les mains.
Fin de l’aparté

Une construction solide mais pas sans surprises !

Les pièces du HOTAS sont essentiellement en alliage et en métal, les rares éléments en plastique ne concernent que les boutons et caches. Le manche semble être en fonte d’aluminium, il est très léger comparé à son homologue Thrustmaster alors qu’il comporte plus de pièces en alliage. Si l’emploi de ces matériaux est souvent gage de qualité ce n’est pas forcement un gage de durabilité. Ici, certains choix d’assemblage vont rapidement montrer leurs limites. Il va falloir serrer les vis avec modération.

On a par exemple de la visserie Ø8 qui est contrainte dans une tôle acier de qualité « quelconque » d’une épaisseur inférieure à 2 mm. Autant dire que le filetage de la tôle ne tiendra pas plus de 3 ou 4 démontages et encore sous réserve d’être précautionneux.
Heureusement il est possible de mettre un écrou de l’autre coté, donc même si le filetage est détruit (ce qui ne manquera pas d’arriver) , un montage avec un solide verrouillage reste possible.

Concernant la fixation du manche et des rallonges, la bague de serrage est équipée d’une vis pointeau qui vient empêcher tout desserrage de l’ensemble. C’est une bonne idée, mais la vis pointeau tend à marquer la pièce très facilement, marquant au passage le filetage ou la surface d’appuis. A la longue, cette surface se matte et la vis devient de moins en moins efficace. Du coup il faut à chaque fois la serrer un peu plus, et donc déformer un peu plus la pièce d’appuis.
C’est fonctionnel, mais il faudra être attentif lors du serrage à ne pas forcer pour éviter toute usure prématurée.

Sur notre exemplaire, la finition de quelques pièces apparentes semble avoir été faite à la lime, ou alors le moule comporte de sacrés traces d’outillage… A ce tarif, c’est difficilement pardonnable.

Les bras de support de la throttle comportent quelques soudures à la finition grossière. C’est un détail surtout que peintes en noire cela ne se voit pas trop mais cela participe à poser une image de qualité. Plus gênant, les vis de serrage au plateau du bureau comportent de la poussière d’acier qui rouille. Forcement cela fait moins haut de gamme…… De plus sur certains éléments, la peinture semble très fragile et part au moindre choc.

Il existe toutefois un fort contraste entre les tôles dites d’habillage particulièrement fines, et certaines pièces usinées de belle qualité.

Système de fixation au bureau

En raison des spécificités du HOTAS, et tout particulièrement de la manette des gaz, Winwing fournit des systèmes de support des contrôleurs pour les fixer sur un bureau. Si l’intention est bonne, la réalisation n’est pas sans critiques.
Leur principe est simple, chaque contrôleur possède 2 bras qui seront reliés au plateau du bureau, 2 vis (serrées via des petites poignées) viennent pincer le plateau du bureau pour immobiliser le tout. En Europe, on utilise des plateaux pas trop épais (18 à 22 mm en général), voir des plateaux en verre encore plus fin. Comme le Système est prévu pour se monter sur tous les types de plateaux, WinWing  a rajouté un jeu de cales intermédiaires pour permettre le serrage (et une meilleure répartition des efforts) pour les plateau à l’Européenne.

Si l’assemblage des bras peut se révéler un peu pénible au déballage de la boite, leur mise en place devient un petit exercice d’équilibre quotidien. Il faut tenir le bloc principal à l’horizontal, placer des cales entre le haut de la pince et le haut des vis, serrer, sans que la cale glisse sous la rotation et les efforts de la vis tout  cela en restant le plus a l’horizontal possible…
Très loin d’être simple ou  » user friendly « .
Pour un dispositif susceptible d’être mis en place et démonté régulièrement, c’est un raté.
Nous sommes bien loin du confort d’un Monstertech par exemple.

Fixation du Joystick

La base du Joystick est liée au plateau par 2 bras, en forme de V afin d’offrir un maximum de stabilité a la base. Cela marche « plutôt bien » mais il y a un sérieux inconvénient. Les bras étant réglable en longueur, plus ils sont réglés long (base basse), plus le V est large.
Trop bas, les bras viennent gêner les jambes, plus particulièrement si vous avez un palonnier et c’est encore pire si ce dernier est étroit…

Autre particularité, le débattement du bras Joystick étant important, le support se trouve dans l’obligation d’éloigner un maximum la base du bureau, du coup, on se retrouve a piloter avec la chaise à presque 30 cm du bureau. Cela commence à faire loin pour accédera votre clavier surtout en pilotage position centrale : car au 25-30 cm du bureau il faut rajouter la position de votre siège qui ne pourra pas s’avancer  sous le stick car bloqué par la base.
Cette dernière ne pouvant pas se régler à plus de 41 cm du sol….. (voir schema ci-dessous).
Sale temps pour les les simers aux bras standards (2 testeurs mesurent moins de 1.75 m..).

 

 

Fixation de la throttle

Premier constat : c’est du lourd.  Le porte à faux de la throttle est conséquent, le plateau de votre bureau/table va donc être très sollicité et si ce dernier est de mauvaise qualité, c’est lui qui qui cassera le 1er…
Si le système est loin d’être simple et optimal, il faut reconnaître qu’il remplit  bien son rôle en maintenant les contrôleurs stables pendant une utilisation simu (ce n’est pas un strapontin …)
Reste un problème majeur. Si les éléments sont a peut près bien immobilisés, leur position est ergonomiquement problématique.
En effet, la Throttle se retrouve plus près du bureau que le Joystick (voir ci-dessus), ce qui à la longue tend à vous faire piloter le dos décollé du siège si vous mesurez moins d’1.75m… En post combustion, tel un jockey sur son pur sang, vous volerez vers la victoire ! C’est peu confortable, mal de dos garanti !
On se prend souvent à vouloir avancer la chaise mais malheureusement celle ci se heurte toujours à la base du stick. C’est Frustrant.

De tous les systèmes de fixation au bureau que nous avons testé, ce Winwing est clairement le moins performant et le plus contraignant. Il a le mérite d’exister, d’être fournis avec le HOTAS, mais il conviendra d’en remplacer une partie ou de le modifier pour tirer le meilleur de ce HOTAS.

Pour un dispositif susceptible d’être mis en place et démonté régulièrement (joystick), c’est un raté.
Nous sommes bien loin du confort d’un MonsterTech par exemple.
Toutefois Winwing a annoncé avoir contacté monstertech et un autre fabricant afin qu’ils produisent des supports mieux adaptés. Malheureusement cela risque encore d’alourdir la facture totale.

Ensemble Joystick

La base est conforme aux standard haut de gamme, elle offre une très très bonne précision, aucun jeu et semble des plus solides. Il est possible de changer les ressorts de rappel des axes (2 ressorts par axe) ainsi que les cames qui influencent la dureté du point neutre et la variation des efforts lors des mouvements. Pour changer un ressort ou une des paires de came, il vous faudra dévisser pas moins de seize vis, et débrancher deux fragiles minis connecteurs… pas très pratique. Du coup, chaque essai/manip vous prendra une bonne vingtaine de minutes pour un bricoleur moyen.
On a vu plus simple et efficace.

Les cames sont de deux types :

  • Point central marqué dur
  • Point central souple (il reste assez palpable, et son ressenti dépend de la dureté des ressorts choisis et du réglage des vis d’appuis).

Les cames sont dotées de vis qui définissent leur position au repos. Ce réglage demande un ajustement au 1/10eme de mm pour bien fonctionner.
Précision et patience sont de mise, le tout couplé à quelques notions de mécanique car il s’agit de trouver le bon équilibre entre quatre points de contact… à faire au calme, sans empressement 😉

Avec les ressorts qui nous ont été fournis, l’ensemble reste souple, voir trop souple, on est très loin de valeurs d’efforts réalistes.
C’est encore plus vrai dés que l’on utilise la rallonge, ou le système ne reviendra même pas au neutre si on ne monte pas les deux plus grosses tailles de ressorts.
WinWing fournit un tableau des montages conseillés en fonction des options installées dans la documentation téléchargeable sur leur site.

Le choix de petites vis, le serrage dans des matériaux parfois un peu « léger » laisse supposer que la base n’est pas faite pour être trop souvent démontée. D’un autre coté, les changements de ressorts et cames sont relativement pénibles et longs à pratiquer que du coup on ne le fera pas souvent.
Et c’est tant mieux pour les connecteurs internes car ils ne sont pas du tout prévus pour subir de nombreuses interventions.
C’est un point faible du joystick qui montre un fois de plus que la conception du produit n’est pas tout à fait aboutie !

Réglages de friction des axes Joystick

Autre réglage possible, la friction de chaque axe. Il est possible de rajouter de la friction indépendamment à chaque axe afin de donner une sensation plus « lourde ». Cette fois ci, il est possible de les régler sans tout démonter au prix de quelques minutes à rechercher, et à « trouver le point de serrage » via une clef Allen (voir vidéo).
Ce réglage s’avère peu intéressant, il nuit a la régularité du retour au neutre, il freine les ressorts déjà pas bien costaud, il provoque de la « sticktion » (difficulté à engager un petit mouvement qui se traduira par une correction brutal quand le manche se mettra a bouger) et il est délicat a régler car très sensible. La plage de réglage se tient sur quelques degrés.
C’est tout simplement raté, les effets indésirables masquent l’intérêt de la fonctionnalité.
On préférera donc la désactiver à moins de vouloir simuler le pilotage de commandes de vol grippées, ou d’immobiliser un axe.

Au final cette base offre de très bonnes performances point de vue précision, très (trop ?) souple, elle est agréable à utiliser mais n’apporte rien de plus que les bases haut de gamme déjà disponibles sur le marché, à des prix plus accessibles et mieux pensées pour les réglages et divers ajustements. Si elle remplie bien sa fonction, a elle seule, elle ne peut être un motif d’achat.

Si la base remplit bien sa fonction, elle ne peut être, à elle seule un motif d’achat !

Rallonge Joystick

Le système de verrouillage du manche ou de sa rallonge permet de tourner le manche à sa guise pour + de confort et de réalisme. Il est composé d’une bague de serrage qui sera immobilisée par une vis pointeau. C’est un choix efficace mais comme évoqué plus tôt, il trouve rapidement ses limites en raison de la dureté relative des alliages utilisés. Il faut être prudent lors du serrage pour préserver la durée de vie de l’ensemble.

Le fabricant propose une rallonge, qui est en plus réglable en longueur. Certes, la plage de réglage n’est pas énorme, mais c’est un petit plus bienvenu et une vraie innovation. Elle n’est pas très longue mais parfaitement suffisante et adapté aux dimensions du dispositif de fixation au bureau. Par contre, sur notre exemplaire, la peinture tend a partir au moindre coup d’outil (voir photos).

Axe Z

Il est possible de monter un dispositif ajoutant un axe Z (palonnier) à la base Joystick. Ce dernier peut être monté directement sur la base, ou sur la rallonge. Notre exemplaire nous a cependant été livré défectueux. Après démontage, nous avons constaté qu’un un axe (petite pièce en métal)  qui n’a rien a faire la s’était invitée entre l’aimant et le capteur a effet hall… cela ne risquait pas de marcher.
Le système n’a visiblement pas été testé avant l’envoi…
Le montage ajoute un petit jeu à la poignée pas très agréable. Ce dispositif est optionnel mais s’il vous intéresse, il est remarquablement précis.

Poignée Joystick

Description
En dehors des boutons, elle est entièrement en alliage. Son aspect est légèrement granuleux et les dimensions différent quelque peu de sa cousine de Thrustmaster. La finition des moules est sommaire avec des raccordements entre les pièces un peu primaire vis à vis du prix.
Comme chez Virpil, le connecteur est libre, le raccordement de cette poignée commence donc par le branchement du connecteur, puis par sa mise en position et serrage de la bague. Cela permet de choisir l’angle de la poignée sans forcer sur le connecteur de l’électronique. Choix raisonnable et durable.
Elle comporte une détente à 2 étages, une palette, 2 boutons poussoirs et 4 hat 5 positions. Comment cela est t’il possible, car la vraie ne propose que 3 hats ? et bien le bouton Recce qui est normalement un simple boutons poussoir est ici remplacé par un bouton 4 directions + push.
L’ensemble des hats profite également d’une fonction Push, y compris le Trim Hat. Le fabricant a cherché à offrir un maximum de contrôles sur cette poignée, intention honorable.

Dans les faits, cette modification du bouton « Recce » s’avère totalement ratée. C’est à la fois fragile (le boutons a sauté plusieurs fois dans les mains d’un des testeurs), et l’imprécision est telle qu’il vaut mieux mapper une seule et unique fonction sur les 5 positions pour être certain d’activer l’action que l’on souhaite. L’ensemble est si souple, que le risque d’activer autre chose est bien réel.
Bref c’est indigne d’un périphérique se revendiquant haut de gamme. Le fabriquant a annoncé effectuer des modifications sur un des moules pour améliorer le résultat, mais la partie ne nous semble pas gagnée pour autant.

Les boutons poussoirs sont agréables à utiliser, ils profitent d’une bonne course avant un clic audible. Ils sont assez souple (en tout cas bien plus que les vrais ou ceux de Thrustmaster)… pas de risque de tendinite à les presser.

La palette utilise également un de ces bouton poussoir, cette dernière (la palette) venant le presser quand actionnée. Les efforts étant démultipliés par le bras de levier de la palette, l’ensemble est alors très très souple, au point ou l’on se demande si il n’y a pas du jeu dans le bouton (ce qui n’est pas le cas), un ressort annexe ou un boutons plus résistant à l’enfoncement aurait été bienvenu car cela donne l’impression d’être fragile alors que ce n’est pas le cas.

La trigger (la détente) de notre exemplaire souffrait d’un petit problème de synchronisation, le second étage mécanique ne coïncidait pas avec l’activation du bouton associé. Ce dernier s’activait un peu plus loin dans la course, sous réserve de forcer un peu.
Ce problème devrait être réglé sur les modèles de série.

Les trims  et autres boutons 4+1 directions ont un rendu un « peu particulier » mais fonctionnent bien. Il n’est pas possible d’atteindre les diagonales, y compris pour celui qui est déclaré comme POV (point of view) ce qui est contraire aux normes DirectX. Ce n’est pas un problème si l’on est équipé d’un casque VR ou d’un Track IR, par contre si on envisage de contrôler le regard du pilote avec un des hat, c’est tout de suite moins pratique.

Sur notre exemplaire le hat dédié à la sélection des armes n’était pas totalement calé dans son logement, il bougeait un peu et la direction gauche était particulièrement difficile à atteindre. Le ressenti lorsque l’on actionne les contacts est assez particulier,il y a un peu de jeu, puis une force croissante à exercer avant le « clic ».
Le fabricant a utilisé des microswitchs avec des pads silicone qui donnent cette élasticité avant l’enclenchement du contact électrique. C’est une approche intéressante mais pour avoir déjà utiliser ce genre de composant, sur le long terme, il est commun que le pad en silicone se sectionne/déchire. Le switch devient alors difficile voir impossible a actionner. Seul le temps validera le concept ou si il faudra passer régulièrement par la case maintenance/SAV.

En dehors du bouton RECCE qui souffre d’un transformation malheureuse, la poignée donne satisfaction à l’usage. Ce n’est pas le top, ce n’est pas la pire et si l’on fait abstraction du RECCE, elle s’oublie a l’utilisation ce qui est bon signe. On est pas loin du très bon produit, mais on a l’impression certaine que la phase de finition/amélioration a été bâclée ou inexistante. C’est un peu frustrant, surtout à ce prix.

Panel Throttle

L’immense « panel throttle » est une synthèse des switchs présents autour de la vraie throttle mais également des contrôles nécessaires a la phase de démarrage. C’est une stratégie habile du fabricant pour proposer a la fois du réalisme mais aussi de l’utile. En effet, sur la véritable machine, les boutons situés autours de la throttle sont pour l’essentiel anecdotiques dans le cadre d’un usage simu grand public. Pour renforcer l’intérêt du panel, le fabricant a donc fait une entorse au réalisme (bienvenue) en ajoutant les switchs qui seront actionnées durant la phase de démarrage.

C’est donc pas loin de vingt-deux switchs offrant 57 positions et 2 axes programmables que propose ce panel (ces valeurs n’étant pas les officielles DirectX, il y a de fortes chances qu’en cas d’utilisation avec d’ancien simulateurs des incompatibilité ou bugs apparaissent) . Les positions neutres étant reconnues comme un bouton, ça peut être perturbant lors du mapping sous les simulateurs, il faut faire attention à ne pas relâcher le switch trop tôt avant de valider une fonction. Les toggles switch sont de bonne qualité et sympathique à manipuler.
On regrettera par contre le nombre limité de rotary ainsi que l’absence de boutons natifs de contrôle des volets et du train d’atterrissage pourtant bienvenus.
En réalité le fabricant réserve ces derniers pour un éventuel futur panel mais rien n’empêche de détourner des switchs vers ces fonctions.

Point de vue esthétique, l’ensemble est en fait une plaque de plexi rétroéclairée (couleur vert uniquement, intensité réglable). Afin de préserver les gravures des coups et autres chocs, le fabricant a choisis de les faire coté intérieur du plexi. Cela impacte le réalisme car la face supérieure est totalement plane, le pourtour des panels étant simplement dessinée. C’est a la fois plus économique pour le fabricant, un gage de facilité de nettoyage et de protection des textes, mais un peu décevant point vue réalisme.
On est la dans les détails, mais a ce tarif, on devient exigeant.
Ce panel remplit parfaitement son rôle, pratique, relativement complet, fonctionnel, c’est certainement l’élément de ce HOTAS qui soulève le moins de critiques.

Ce panel rempli parfaitement son rôle

La Throttle

C’est le gros morceau de cette ensemble, l’élément qui soulève le plus de questions et d’envies !
elles sont composées de plusieurs parties.

Les poignées

Indépendantes, elles sont fixées au bras par 2 vis (qu’il faudra éviter de faire tomber dans le boitier sous peine de grosse séance pénible de démontage) ! sisi, ça arrive ! (Nd Ghostrider : bon ça va, ca arrive à tout le monde..! ).
les poignées sont à relier à l’électronique via des connecteurs sécurisés. Les corps sont en alliage, les boutons poussoir et autres hats en plastique.
Lors du déballage, elles dégagent une belle impression de qualité !

Comme en réalité, la throttle gauche présente un nombre de boutons limité, un toggle switch assez ferme (contrairement à celui du Warthog) et 2 boutons poussoir très réussis, offrant une belle course et un clic franc (ils restent bien plus souple que les vrais).

La throttle droite propose plus de contrôles que la vraie, le fabricant ayant choisis de remplacer un bouton glissière par un HAT 4+Push.
Ce grip propose donc :

  • 3 axes, un rotary avec rappel au neutre destiné à la gestion de l’élévation radar dans le F/A-18
  • un ministick genre « gamepad console » pour la gestion du curseur radar.

Ces 3 axes sont d’une précision sans faille et leur prise en main est immédiate, sans nécessiter de gros réglages dans le simulateur,  très appréciable après des années de Warthog et son contrôleur 2 axes aux performances « limitées » pas forcément pratique à utiliser.
Le rotary de gestion élévation antenne radar est un peu brut de démoulage, ses angles sont un peut saillants. Certes cela assure un bon grip mais ce n’est pas optimal coté confort.

Pour les Hats, leur course ample est agréable, couplé aux switchs à « capuchon » silicone, c’est assez plaisant à utiliser (plus que ceux du stick).  Le bouton glissière du haut de la throttle droite a été replacé par un HAT 4+push, mais il a conservé la forme ergonomique d’un boutons glissière. Cela rend l’action « haut et « bas »  difficile a atteindre car le doigt glisse sur le switch dont la forme n’est pas du tout adaptée. Ce problème est contourné en l’actionnant par le dessus ou le dessous. Simple mais on évitera de mettre des fonction vitales pour ne pas être pénalisé.

Sur notre set, le bouton Speedbrake a pas mal de jeu mais fonctionne convenablement, cependant, le fabricant a pris une certaine liberté vis a vis de l’aspect réplique en simplifiant la forme du grip. Sur le vrai, il y a un gros dégagement qui facilite l’accès du pouce au bouton Aérofrein et au bouton poussoir situé a proximité. Ici, le fabricant a tout simplement « oublié » de reproduire correctement cette facette ce qui complique un peu la vie et diminue le confort d’utilisation.
Un peu décevant pour un ensemble qui se revendique réplique.

Autre détail déplaisant, les poignées sont mal alignées. Cela parait assez incroyable, mais c’est le cas, et de plusieurs mm. Quand on pose la paume de la main sur les grips lorsqu’elle sont couplées, on sent un décalage de la poignée gauche vers l’arrière.
Plus gênant, un des bords est un peu saillant ce qui tend à la longue a irriter « un peu » la main.
Ce n’est pas terminé, vous verrez dans la suite du test  que les poignées n’ont pas fini de souffrir…

 

La base

Composée de 2 bras + un réglage de friction, elle propose 3 axes de contrôle, enfin dans la pratique 2 axes exploitables. D’une construction essentiellement acier/alliage/tôle, elle parait à première vue particulièrement robuste. Sa particularité principale est d’offrir une course réaliste (du jamais vu) et des dimensions réalistes.
Cela se traduit par des mouvements de grande amplitude et un encombrement conséquent.

les détentes (butées franchissables)

Les bras (moteur gauche, moteur droit) disposent de détentes « Idle » (elle active un bouton) et de détente « Afterburner » pour activer la post combustion.
Pour passer en position « Idle », il faut pour chaque bras, soulever une petite palette située à l’avant de la throttle (la gauche n’est pas tout a fait fidèle aux formes de la vraie).
Pour passer la butée « Afterburner », on peut soit tirer les palettes ou passer en force comme sur la vrai machine).

L’ensemble mécanique des détentes repose sur des roulement qui « heurtent » des butées. A l’utilisation c’est un régale, c’est tout simplement le système de détente le plus réaliste qui a jamais été proposé au grand public, on se croirait dans un simu « pro ». Malheureusement, il semble que l’axe qui tient les roulements subisse de sévères contraintes et l’un des testeurs a déjà cassé une de ses détentes au bout de  seulement quelques semaines d’utilisation, inquiétant.
Autre point important, la détente Afterburner (qui est quand même très marquée), n’est pas débrayable, ce qui en vol civil, hélico ou warbird ou sur une utilisation spécifique (pas d’helice, nozzle harrier) peut être désagréable. Cela limite quelque peut les perspectives d’utilisation, à des avions utilisant la post-combustion.

La base propose également d’étranges détentes mi course, réglables. On peu supposer qu’elles sont destinés aux utilisateurs de space sim car leur intérêt est nul en simulation de vol. Fort heureusement elles sont débrayable, voir démontable par inadvertance. Leur activation ou débrayage se fait a l’aide d’une clef Allen. On vient serrer une « vis a bille » intégrée dans chaque bras qui viendra se « cliquer » dans une gorge usiné sur le bâti.

Pour accéder à ces vis a bille, il faut mettre les bras en position idle, glisser la clef Allen dans un trous d’une des tôles latérales de la throttle et tâtonner pour trouver la vis a bille, puis la tourner… plus on serre, plus la détente sera marquée. En pratique, plus on serre ou plus on desserre, plus on a de chances de faire sortir la vis a bille de son logement et faire tomber celle ci au fond du boitier throttle… on ne rigole pas, c’est arrivé a pas mal de testeurs ! donc outre ce réglage pas super pratique, l’accès à ses vis n’est pas simple… Simer ou space simer, il faudra choisir, car il faut plusieurs minutes pour passer d’un mode à l’autre et s’assurer que les 2 cotés de la throttle restent accessibles.

Les bras

Ces belles pièces moulées puis reprises à la commande numérique assurent la rotation et le guidage des grips. Les bras peuvent être associés (liés mécaniquement) entre eux par un système de vis a bille réglable (dans le même esprit que celui des détentes centrales) ce qui est en pratique un mauvais choix. En effet, on peut souhaiter associer mécaniquement les 2 bras, mais dans certaines situations, ou sur certains types d’appareils, dissocier totalement les axes peut être intéressant… sauf qu’a chaque fois que l’on va pousser un bras dans la direction de l’autre, la vis a bille va se mettre à pousser l’autre grip… le dispositif est tout simplement pas le bon. Un verrou aurait été plus adapté. En réalité, ce problème est annexe car il est masqué par un probleme bien plus visible. Le guidage des bras est déficient, en effet, lorsque l’on sépare les throttles, les bras on une tendance à vouloir se croiser ce qui fait qu’un grip se retrouve sur la trajectoire de son collègue. Des lors lorsque vous actionner une des throttles, elle frappera sa collègue, au point d’en faire sauter la peinture. C’est tout simplement un défaut inacceptable, les throttles devraient pourvoir travailler indépendamment, sans interaction.

Pour solutionner cela, les modèles de série seront doté de cales qui espaceront un peu plus les poignée afin qu’elle ne puissent plus se rentrer dedans… nous vous laissons juger mais contourner le problème n’est peut être pas la meilleure solution. Pour une utilisation 100% F/A-18 on peut minimiser ce défaut, en pratique, en vol, si on doit dissocier les manettes c’est parce-qu’un des moteurs est HS, la throttle concernée est donc en position idle et la, peu de chance que sa collègue lui rentre dedans. Reste qu’acheter un tel HOTAS pour une utilisation exclusivement F/A-18… c’est un peu dommage. Trouver un tel défaut a ce prix parait inimaginable.

La friction des bras est réglable, de nul à moyen fort. Le réglage se fait, comme sur la vrai par un levier situé en bas des bras de la throttle, il est donc possible de la régler à la volée, sans outil : un très bon point. Sur la première moité de la course, la friction est nulle ou très faible, à tel point que la throttle pivote librement sous le poids des poignées, mais également en raison de la tension des poils des brosses (qui ferment les rainures dans lesquelles coulissent les bras). Oui, les poils des balais sont suffisamment rigides pour déplacer les bras et agir comme des ressorts de rappels un peu aléatoires, c’est un peu gênant si vous êtes amateur de friction très faible (cependant, ces balais seraient facilement démontables). Passé la seconde moité de la course, la friction se fait bien sentir de manière assez progressive. Par contre, le système a une légère tendance à la sticktion, il faut parfois fournir un effort pour quitter une position puis se contenter d’accompagner. Ça « colle » un peu. Vue l’amplitude de course ce n’est pas pénalisant mais une vrai fluidité aurait été bienvenue. Peut être qu’un peut de lubrification solutionnerait ce fait.

Originalité, le levier de friction est relié a un potentiomètre, qui pilote un axe Direct X. Il est ainsi possible de synchroniser la position du levier virtuel de DCS avec votre levier physique. Bon l’intention est louable, mais ça ne sert a rien de plus qu’épater la galerie, car l’intérêt est relativement nul. Cet axe ne pourra pas vraiment être utilisé a autre chose, car il impacte (très efficacement) la friction des bras throttle. C’est une forme de luxe, mais nous aurions préféré de moins gros défauts qu’avoir un axe direct X relativement inutilisable.

A l’usage et malgré les choix et problèmes mécaniques discutables, cette throttle est d’une précision sans faille. Ravitailler, tenir une formation, gérer une vitesse au nœud près n’a jamais été aussi simple. On touche la au vrai potentiel de cette throttle. Elle est agréable a utiliser et joue son rôle. Les problèmes cités ci dessus sont d’autant plus rageants, le potentiel est bien la !

Suite a des chutes de vis involontaires et aux péripéties de certains testeurs, nous avons ouvert la base. Un détail est inquiétant : La façon dont cheminent les câbles en provenance des grip des throttle est loin d’être optimale. Ils travaillent beaucoup, sur une courte distance, ce qui va provoquer un vieillissement rapide des câbles et connecteurs, avec rupture à plus ou moins long terme. Pour le moment, le fabricant a rajouté des points de colle chaude sur les connecteurs, mais cela ne suffira pas, il faut faire un cheminement des câbles rationnel et ajouter quelques points de fixation. A ce tarif, la durée de vie, ça compte ! Surtout que Winwing avait fait de la durabilité de son HOTAS un point clé de sa communication. C’est un peu la frustration de ce test, on sent qu’on a pas encore fait le tour des mauvaises surprises…

Le Software

Cette partie n’est pas encore traitée car nous avons eu un problème de livraison du HOTAS à IceMakeR qui devait faire cette partie, nous la mettrons à jour dès que le matériel sera revenu en sa possession. En attendant, voici ce que nous pouvons en dire. L’ergonomie est un peu crue/basique mais assez fonctionnelle. Il est possible d’upgrader les firmwares (poignée, bases, panels) ou le logiciel de manière très simple, en quelques clics. La partie programmation commence a être fonctionnel et l’on constatera que la partie customisation d’axe est largement inspirée de ce qui se fait chez la référence en la matière. Plutôt rustique en apparence, le soft nous semble toutefois bien plus aisé à prendre en mains que les productions de l’Est, ce qui est une bonne nouvelle.

Conclusion

Ce test a été de véritables montagnes russes, des déceptions à la hauteur des espérances, et quelques soirées de discussion pour trouver le juste équilibre ont été nécessaires. Certains testeurs outre atlantique ont visiblement perdu quelques cheveux a se poser les mêmes questions. Nous sommes tous d’accord qu’en l’état, le set est loin de valoir le prix demandé. Certains défauts sont énormes, impensables pour un produit qui se revendique haut de gamme.

L’excès de confiance dont a fait preuve Winwing est sans conteste lié à leur jeunesse sur ce marché, et leur précipitation à vouloir sortir le produit le plus rapidement, encouragée par des clients beaucoup trop enthousiastes et candides, portés par la mode de la pré-commande et l’early access.
Mais voilà ce qui peut marcher dans le mode du software, ne peut pas marcher sur le Hardware. On ne peut pas patcher une pièce mécanique mal conçue…!

Aujourd’hui, Winwing semble prendre les choses en main et ne cesse de repousser l’envoi des premiers exemplaires pour y appliquer un maximum de corrections.
Cela semble en bonne voie mais il nous est impossible d’émettre un avis définitif sans avoir en main un set final, pour voir les corrections appliqués et comment les problèmes ont été solutionnés.

Attendre semble le choix le plus optimiste ou raisonnable car le produit a tout de même de nombreux atouts. A défaut d’une claque, ça a été une douche froide, mais si tout est corrigé, on a tout simplement affaire à la meilleure throttle du marché, secondé par un excellent panel de bouton et un joystick qui fait le job.
Car c’est sans doute cela le plus frustrant, a l’usage le set est particulièrement précis et fonctionnel. Il ne lui manque que de la maturité et une bonne période de mise au point et fiabilisation pour atteindre son objectif initial.Si Winwing s’était donné quelques mois de plus, on avait la nouvelle référence dans les mains.

Nous avons décidé de ne pas donner de note, étant donné que nous avons eu entre les mains un modèle qui ne peut être comparé qu’à un exemplaire de pré-série.

Nous vous donnerons donc, plutôt ce conseil :

Malgré la bonne volonté affichée par Winwing, il est préférable pour le moment d’attendre afin de juger si les correctifs annoncés transforment cette déception en produit d’exception !!

Wait and see, work still in progress…

 

 

Vidéos associées

 

 

Dimebug / Ghostrider / Icemaker

Dimebug / Ghostrider / Icemaker

1 Comment
  1. Orezza
    03/12/2019 at 02:29 Reply

    Merci pour cette review bien complète, et des plus honnête, sur ce HOTAS, qui il vrai, à voir comme cela, ferait la joie de n’importe quels simmers, moi y compris!
    Les défauts relevés sont par contre rédhibitoire, ça ne respire pas la qualité, même si un tel projet nécessite forcément quelques ajustements, qui se feront on l’espère en prenant en compte tous les retours, et bien évidemment le votre!
    Il ne me reste plus donc qu’à gagner au loto!!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :